Laboratoire Immunologie et Immunothérapie des Cancers (LIIC), EA7269 – Université de Bourgogne - Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE)

Monoxyde d’azote (NO) et Cancer

Les deux principales causes d’échec des thérapies anticancéreuses proviennent de la capacité des cellules tumorales à être ou à devenir résistantes aux chimiothérapies conventionnelles ainsi que de leur capacité à échapper à la surveillance du système immunitaire. Dans l’équipe, nos recherches portent sur l’effet du monoxyde d’azote (NO) dans le traitement des cancers, en tant que sensibilisateur à la mort des cellules cancéreuses lorsqu’il est utilisé en combinaison avec des agents chimiothérapeutiques standards ou avec de nouvelles thérapies ciblant le système immunitaire.

Axes de recherche

Les projets développés au sein de l’équipe ont pour but :

  1. D’étudier l’effet anti-tumoral de l’association du glycéryl trinitrate (GTN), un donneur de NO avec un inhibiteur de kinase (H89). Cette étude consiste à :
    • trouver les conditions optimales pour que la combinaison GTN/H89 inhibe la croissance tumorale dans des modèles de souris et de poisson zèbre.
    • analyser les mécanismes moléculaires :
      • Rôle des cellules immunitaires de la réponse innée et adaptative dans la réponse antitumorale induite par GTN/H89.
      • Identification de cibles potentielles au niveau de la cellule cancéreuse impliquées dans ce processus.
    Contact : Ali Bettaieb (33) 3 80 39 34 51
  2. D’évaluer l’activité antitumorale de la combinaison GTN/FOLFOX (acide folinique, 5-fluorouracile, oxaliplatine), une chimiothérapie largement utilisée dans le traitement du cancer du côlon à un stade avancé.
    • Déterminer le rôle des cellules immunitaires de la réponse innée et adaptative dans la réponse antitumorale induite par GTN/FOLFOX.
    • Identifier les cibles potentielles du GTN/FOLFOX au niveau de la cellule cancéreuse.
    • Mise en place d’un essai clinique de phase I chez les patients porteurs de cancer.
    Contact : Catherine Paul (33) 3 80 39 33 51
  3. D’étudier l’effet antitumoral du GTN dans un microenvironnement inflammatoire chimio-induit.
    • Préciser l’effet des dérivés du platine sur la production de cytokines pro-inflammatoires dans les cellules cancéreuses (coliques et mammaires triple négatives) et immunitaires.
    • Etudier l’effet anti-tumoral de la combinaison GTN/dérivés du platine :
      • Trouver les conditions optimales pour que la combinaison inhibe la croissance tumorale dans des modèles de souris
      • Déterminer le rôle des cellules immunitaires dans la réponse antitumorale
      • Etudier le mode d’action du GTN utilisant les composantes inflammatoires au bénéfice d’une réponse antitumorale
    • Rechercher les composantes inflammatoires susceptibles de prédire l’effet du GTN dans les tumeurs humaines (après chimiothérapies néo-adjuvantes basées sur les dérivés du platine).
    Contact : Stéphanie Plenchette (33) 3 80 39 33 59
  4. D'étudier les mécanismes de sensibilisation à la mort par du GTN de lignées tumorales de prostate chimiorésistantes au docétaxel en précisant :
    • la modulation par le GTN de la clusterine un biomarqueur de chimiorésistance au docétaxel dans des cellules tumorales humaines de prostate
    • l’impact de la diminution de sécrétion de clusterine par le GTN sur l’effet cytotoxique du GTN
    • les modulations de cytokines induites par le GTN dans les cellules tumorales de prostate (niveau de synthèse et nitration), et leur impact sur la sécrétion de clusterine
    • la régulation de potentiels biomarqueurs de chimiorésistance au docétaxel et leur modulation par le NO.
    Contact : Véronique Laurens (33) 3 80 39 62 22

Composition de l'équipe

Publications des membres du laboratoire depuis 2010

Articles Revues/Review Chapitres et livres

Liens